Absalon

Eshel Meir, né en Israël en 1964 et mort à l’âge de 29 ans seulement, prend le nom d’Absalon à son arrivée à Paris en 1987. Caractérisées par une esthétique radicale et ordonnée, les sculptures d’Absalon sont considérées comme une version réduite des aspirations utopiques de l’architecture moderne. Absalon est l’auteur des « Cellules », des logements destinés à abriter l’artiste au cours de ses déplacements : ces petites architectures évoquent des cellules monastiques et sont dessinées et réalisées par l’artiste en fonction de la dimension de son corps et de son espace mental. Les maquettes en bois blanc des « Cellules » révèlent de manière explicite son obsession pour l’ordre et la rigueur. Inspirées des avant-gardes artistiques et architecturales du début du XXe siècle, et des principes de De Stijil et du Bauhaus, les œuvres d’Absalon constituent des refuges mettant l’individu à l’abri de la société moderne, pour ne pas dire une forme de protestation.

Au cours de son bref itinéraire artistique, Absalon a exposé dans des institutions importantes comme le Centre Georges Pompidou de Paris (1991) et a participé à DOCUMENTA IX (1992). Le Musée d´art moderne de la Ville de Paris (1993) et le Kunst-Werke de Berlin (2010) lui ont consacré de grandes expositions personnelles. Une de ses œuvres a figuré à Punta della Dogana, au sein de l’exposition « Accrochage » (2016).

Proposition d'objets quotidiens, – Accrochage