David Wojnarowicz

David Wojnarowicz

David Wojnarowicz est considéré comme un des noms les plus marquants de sa génération. Son travail se situe dans le sillage d’une longue tradition américaine d’artistes visionnaires, rebelles et activistes. Né dans le New Jersey en 1954, dans un contexte familial très difficile, il décide à l’âge de 16 ans d’arrêter l’école et de vivre dans la rue. Par le biais de l’art, il transforme une enfance bouleversante en des formes d’expression puissantes et multiformes, qui sont à la fois primitives et extraordinairement structurées. Wojnarowicz expose ce qu’il ne faut pas montrer, qu’il s’agisse de la violence ordinaire des bas-fonds, du cauchemar du sida ou de la beauté de deux hommes qui font l’amour sur une jetée de Manhattan. Dans le combat sans répit qu’il mène contre le conformisme, le matérialisme et l’homologation, il s’inspire de la vie quotidienne des Américains, en utilisant des images banales pour construire des relations formelles abstraites. Les symboles du rêve américain sont remis dans leur contexte et servent de chefs d’accusation contre les exactions du capitalisme. Suite à l’épidémie du sida des années 80, sa féroce critique de la société se radicalise et, à travers ses photographies, ses performances et ses installations il explore, avec une clairvoyance touchante, la dimension personnelle et politique du sida qu’il a contracté lui-même, et qui l’exhorte à faire entendre sa voix en soulignant le rôle de l’artiste comme figure publique. Il meurt à New York en 1992, à l’âge de trente-sept ans.

Son travail a également été présenté dans différentes institutions, dont P·P·O·W à New York (2011) et Supportico Lopez à Berlin (2009).

Untitled (Buffalos) – Slip of the Tongue