Fabio Mauri

Fabio Mauri

Originaire de Rome, Fabio Mauri (1926-2009) a été un des maîtres de l’avant-garde italienne des années 60. Bien qu’ayant grandi dans une Italie marquée par la Seconde Guerre mondiale et par le fascisme, Mauri a toujours vécu dans les milieux intellectuels, où il fréquentait des écrivains comme Italo Calvino et Umberto Eco, ou des artistes comme Pier Paolo Pasolini et Jannis Kounellis. Ses œuvres, qui naissent de son sens aigu de sa responsabilité sociale et de son indéfectible engagement politique contre le fascisme, invitent le spectateur à examiner d’un œil critique l’expérience du réel. Lorsque le cinéma et la télévision, dans les années 50, pénètrent dans la vie quotidienne, Fabio Mauri saisit intuitivement que l’écran est devenu la principale “forme symbolique” du monde, le signe de la civilisation médiatique. En 1957, il commence la série des “Écrans”, où il représente sur la toile des écrans vides correspondant à des lieux intérieurs, ouverts aux projections possibles des observateurs. Sa recherche sur le thème de la mémoire et de la fiction se poursuit jusque dans les années 70, où Mauri passe de la peinture à la performance. Il franchit les limites de la toile et déplace son intérêt du tableau à l’action, sans cesser de considérer l’art comme le point de conjonction entre le destin individuel et l’histoire.

Le MADRE de Naples (2016), l’Hauser & Wirth de Londres (2014 et 2015), la Fundación PROA de Buenos Aires (2013) et le Palazzo Reale de Milan (2012) ont consacré des expositions personnelles à Fabio Mauri. Certaines de ses œuvres ont été présentées à Palazzo Grassi à l’occasion de l’exposition “Italics” (2008) et à Punta della Dogana au sein de l’exposition “Accrochage” (2016).