Frédéric Bruly Bouabré

Tout le travail de Frédéric Bruly Bouabré (1923-2014, Côte d’Ivoire) part d’une expérience fondatrice qui a profondément changé sa vie : le 11 Mars 1948, Bruly Bouabré devient ‘Cheik Nadro’, littéralement ‘celui qui n’oublie pas’ et se lance dans une recherche philosophique sur l’état de l'Afrique et sur le sens de la vie. Bruly Bouabrése met alors à s’intéresser à tous les domaines de la connaissance – art, poésie, tradition et légendes, religion et philosophie – et se révèle un grand penseur, ainsi qu’un grand poète et savant. À partir des années 70, l’artiste réalise jour après jour ce qui prendra le nom de Connaissance du monde, une œuvre qu’il continuera jusqu’à sa mort. Sur de petites fiches cartonnées de 10cmx15cm, datées et paraphées, Bruly Bouabré enregistre, codifie et classe, avec son stylo à bille et des crayons de couleur, la connaissance, notamment celle qui est liée à la tribu Beté à laquelle il appartient. Bruly Bouabré dessine sur chacun de ces cartons des images symboliques qu’il entoure d’un texte : il réalisera ainsi plus de mille dessins. Bruly Bouabré a conçu un alphabet nouveau, composé de 448 pictogrammes monosyllabiques, dont la diffusion devrait permettre ‘aux cultures européennes et africaines de s’épouser’. C’est une tentative de pacifier le monde à travers un langage universel.

Frédéric Bruly Bouabré figure parmi les artistes du pavillon de la Côte d’Ivoire lors de la 55e édition de la Biennale d’Art de Venise. Parmi ses expositions personnelles et collectives, citons celles qui ont eu lieu auprès de la Contemporary African Art fair de New York (2015), du Centre Pompidou à Paris (2014) et de la Tate Modern, à Londres (2010). Son travail a été présenté à Palazzo Grassi à l’occasion de l’exposition ‘Le Monde vous appartient’ (2011-12).