Julie Mehretu

Julie Mehretu est née en 1970 à Addis Abeba, en Éthiopie. En 1997, elle obtient son diplôme en peinture à la Rhode Island School of Design. Elle vit et travaille actuellement à New York. La production picturale de Mehretu se compose principalement de grandes toiles sur lesquelles elle applique différentes couches d’acrylique. La compression et la saturation des surfaces s’inspirent des villes densément peuplées, typiques du XXIe siècle. Ses compositions mêlent différents rendus d’architecture, où elle superpose ensuite des formes géométriques et une multitude de signes au crayon de papier, au stylo et à l’encre. L’artiste définit ses œuvres comme des “cartes narratives de lieux qui n’existent pas” : il s’agit donc de représentations de réalités imaginaires dans lesquelles nous reconnaissons les traits des réalités urbaines contemporaines, où les espaces se compriment, tandis que les rythmes s’accélèrent. La trame complexe de ces superpositions, dotée d’éléments stratifiés comme “si c’étaient des fossiles”, révèle une réflexion sur la mémoire et sur l’héritage des époques passées qui se réverbèrent encore sur le présent.

Parmi les expositions personnelles de l’artiste figurent celles qui se sont tenues auprès du Guggenheim Museum de New York (2010), du Detroit Institute of Art (2007) et du Walker Art Center de Minneapolis (2003). Mehretu a réalisé expressément pour le cube de Punta della Dogana deux toiles (toutes deux intitulées Untitled, 2011) qui ont été présentées au sein de l’exposition « Eloge du doute » (2011-13).