Lee Lozano

“Cherchez l’extrême, c’est là que vous trouverez l’action” est le leitmotiv de Lee Lozano, figure centrale de la scène artistique new-yorkaise des années 60 : telle a été la conviction qui a marqué toute sa vie et tout son travail, lisible aussi bien dans le regard conceptuel qu’elle a posé sur toute sa recherche artistique, que dans ses prises de position politiques subversives, à la limite du masochisme. La brève carrière de Lee Lozano repose sur une critique féroce des discriminations dans le monde de l’art, fondé sur des logiques phallocratiques. Sa production, à mi-chemin entre minimalisme et art conceptuel, est constituée de tableaux, sculptures et dessins représentant souvent des outils comme des tourne-vis, des boulons, des scies, des marteaux – attributs modernes du pouvoir masculin. En 1971, Lee Lozano lance une nouvelle action artistique (The Boycott Piece) qui constitue aussi un geste d’auto-destruction : vu que les femmes ne détiennent aucun pouvoir, elle n’aura donc affaire désormais qu’aux hommes. Elle décide ainsi de ne plus adresser la parole aux femmes et, peu de temps après, elle se retire définitivement de la scène artistique.

Les œuvres de Lee Lozano ont été exposées à Punta della Dogana dans “Mapping the studio: Artistes de la Collection François Pinault” (2009-2011) et dans "Slip of the Tongue" (2015-2016).

Works by Lee Lozano – Slip of the Tongue

No Title (Toilet Lid) – Slip of the Tongue