Piero Manzoni

La réflexion de Piero Manzoni sur la valeur du geste artistique a exercé une profonde influence sur une génération entière d’artistes internationaux. Né le 13 juillet 1933 à Soncino (Crémone), il grandit et se forme à Milan. Après ses premières œuvres réalisées avec des techniques traditionnelles, il passe à de nouveaux matériaux comme l’huile, la cire, le plâtre et la colle. La toile n’est plus qu’un prétexte pour des actions artistiques de rupture : en 1955, il prend les empreintes d’objets “banals” comme des clous, des ciseaux et des tenailles et crée ses premiers Achrome, de grandes superficies blanches, imprégnées de colle et de kaolin. Il va au-delà de la surface du tableau dans des œuvres comme Corpi d’aria (Corps d’air), de petits ballons gonflés par son souffle et les Basi magiche (Bases magiques), des piédestaux où chacun peut devenir une œuvre d’art. Dans les années 60, il surprend au plus haut point le public avec ses performances provocatrices, comme les Sculture Viventi (Sculptures vivantes) et en 1961, il met en vente les petites boîtes de Merda d’artista (Merde d’artiste), des actions qui sont toutes menées sous le signe de la démystification de l’art et de sa valeur. Le 6 février 1963, Manzoni meurt prématurément d’un infarctus dans son atelier à Milan, à l’âge de 33 ans.

Les œuvres de Piero Manzoni ont été exposées à Punta della Dogana dans “Prima Materia” (2013-2015) ainsi que dans "Slip of the Tongue" (2015-2016) et à Palazzo Grassi dans “Where are We Going? Œuvres choisies de la collection François Pinault” (2006).