Pruitt Early

Rob Pruitt et Jack Early ont formé un collectif d’artistes des années 80 au début des années 90. Avant la naissance de cette collaboration, tous deux travaillaient dans le monde de l’art newyorkais : Early à la galerie Leo Castelli et Pruitt à celle de Sonnabend. Leur création est marquée par leur intérêt pour les thèmes du genre, de la sexualité et de la race, en lien avec le monde américain. La culture populaire, les objets symboles du monde contemporain et l’imaginaire des jeunes Américains constituent leur source d’inspiration. Dans le portrait qu’ils brossent de l’adolescent moyen américain, qui synthétise les désirs et les obsessions d’une génération entière, paraissent des Harley Davidson flamboyantes et des canettes de Budweiser personnalisées avec des autocollants qui renvoient à un univers de fétiches impossibles à confondre : du heavy-metal à Playboy, de la marijuana au gothique. En 1992, l’exposition « Red, Black, Green, Red, White and Blue » à la galerie Leo Castelli, qui montrait des posters de célèbres personnages afro-américains, sur un fond sonore de musique rap, est taxée de raciste. Cet incident est un clair indice du faux moralisme américain et cette exposition marque la fin de la collaboration des deux artistes.