Carnavals et festins

Martial Raysse prend le carnaval, souvenir des fêtes médiévales, comme prétexte pour élaborer une grande allégorie de la peinture. La frise des personnages qu’il crée sous différentes formes depuis sa série intitulée Loco Bello (1976) revêt, parallèlement aux compositions imposantes qu’il réalise à partir des années 90, les traits d’une mise en scène complexe où il dispose différents registres narratifs selon les schémas des vastes ensembles classiques. L’Enfance de Bacchus (1991), Le Carnaval à Périgueux (1992), Poisson d’avril (2007), Heureux Rivages (2007), Le Jour des roses sur le toit (2001-2003) constituent des mystères du Moyen-Âge, de fastueuses bacchanales, des farces populaires et des danses macabres truffées de multiples allusions et références iconographiques, aussi bien historiques et ethnographiques (échos du paysage du Périgord) qu’intimement liées à la vie de l’artiste.