Comique et burlesque

Au-delà du complexe appareil de références historiques et stylistiques, l’œuvre de Martial Raysse est une source inépuisable d’humour, présent dans les scénettes comiques qui envahissent ses compositions, dans les situations grotesques, terribles et inattendues, où se mêlent burlesque et hermétisme, dans ses galeries de personnages et de caractères, dans des jeux de mots dissimulant des significations ironiques, et enfin dans les titres, ingénieusement conçus pour évoquer le langage populaire, ou la chute d’une plaisanterie. Cet esprit satirique émerge clairement dans ses films qui, selon Philippe Azoury, se transforment en « grandes fêtes, bacchanales anarchiques et dépravées, en un désordre érotique et politique qui provient du cirque, avec une énergie sexuelle comme on en voit peu souvent au cinéma. » Cette pratique révèle une forte dose d’esprit critique, présidant au travail tout entier de Raysse, mais aussi une action stratégique pour attaquer l’ordre établi des choses.