Rudolf Stingel

Palazzo Grassi
07/04/2013 - 06/01/2014

Exposition

L’exposition « Rudolf Stingel » a été expressément conçue par l’artiste pour Palazzo Grassi. Avec la plus grande liberté d’exécution, Rudolf Stingel a complètement transformé le musée, en envahissant l’espace tout entier de l’édifice d’une moquette au motif oriental. Dépassant le concept de la bidimensionalité, conventionnellement associé à la peinture, cette exposition souhaite renverser les relations spatiales qui s’instaurent habituellement entre le spectateur et le tableau.

Tandis que le tapis suggère l’histoire millénaire de la Sérénissime République, l’attention du spectateur se tourne en même temps vers la culture de l’Europe centrale chère à l’artiste, évoquant le cabinet viennois où Sigmund Freud exerçait au début du XXe siècle. Cette référence confère à cette installation une clef de lecture évidente : l’expérience sensorielle qu’éprouve le spectateur en explorant ce “labyrinthe” l’invite à un voyage dans la transcendance de l’Ego, où ses phantasmes se mêlent aux réminiscences qu’il a occultées. La trentaine de tableaux exposés à cette occasion rappellent des présences “ensevelies” dans la mémoire, des moments vécus qui ressurgissent de l’oubli. L’espace du palais devient un lieu de méditation, à la fois introspective et projective, un lieu silencieux et accueillant ; le travail de Stingel, toutefois, en altère la perception visuelle et environnementale et l’enveloppe d’une atmosphère nouvelle, épurée et comme suspendue, où les touches argent, noires et blanches des tableaux créent tout autant d’ “ouvertures” sur Venise, en donnant accès à une dimension métaphysique.

Biographie

Rudolf Stingel est né à Merano en 1956. Il vit et travaille actuellement à New York.

La production de Rudolf Stingel repose entièrement sur le concept de peinture et sur les relations entre l’abstraction et la figuration, les motifs et la texture, alliés à sa réflexion sur les questions existentielles de la mémoire, du temps et de la vanitas. Cette quête particulière aboutit à la création d’œuvres réalisées sur des supports variables et dans des styles différents, axée sur une recherche formelle allant de l’hyperréalisme à l’abstraction. Rudolf Stingel invite le spectateur à instaurer avec ses œuvres une relation non seulement visuelle, mais aussi tactile et expérientielle, en dotant son processus de création picturale d’une dimension participative. En 1989, il réalise Instructions, un mode d’emploi pour créer avec précision certaines de œuvres abstraites. Home Depot (2004), une installation site-specific réalisée pour le Museum für Moderne Kunst (de Francfort-sur-le-Main), jouait sur l’apport concret des visiteurs qui, en marchant sur les panneaux isolants de couleur rouge et argent, y laissaient leurs empreintes après leur passage.

À partir de 1991, Stingel commence à réaliser les ‘tapis’ dont il recouvre souvent des salles entières, y compris les murs : il s’agit d’une non-peinture qui dépasse les limites du cadre, voire du cadre conceptuel, et qui devient un environnement. Même dans ses tableaux abstraits, où il abandonne la géométrie et les éléments stylisés pour couvrir ses toiles de peinture laquée, et sans suivre la moindre ‘logique’, transparaissent les formes et les motifs caractérisant depuis toujours sa production.

L’autre partie du travail de Stingel, qui recourt à la technique du photo-réalisme pour réaliser certains portraits ou autoportraits, de toutes petites, ou au contraire, de très grandes dimensions, n’est contradictoire qu’en apparence.

La production artistique de Rudolf Stingel est prolifique et diversifiée, tout en étant minutieuse et généreuse.

Ses œuvres ont été exposées à la galerie Karma de New York (2015), au Bass Museum of Art à Miami (2014) et à la Inverleith House d’Édimbourg (2014). Certaines de ses productions ont été présentées à Palazzo Grassi au sein des expositions « Le monde vous appartient » (2011-12), « Mapping the Studio » (2009-11), « Sequence 1 » (2007) et « Where are We Going? » (2006).

Miniguide

Rudolf Stingel