Sigmar Polke

Palazzo Grassi
17/04 - 06/11/2016

Exposition

A l’occasion des dix ans de sa réouverture, Palazzo Grassi présente l’exposition “Sigmar Polke”, dont le commissariat est assuré par Elena Geuna et Guy Tosatto, en collaboration avec the Estate of Sigmar Polke.

L’exposition marque le trentième anniversaire du Lion d’or reçu par l’artiste à la 42e Biennale de Venise en 1986. Athanor, le projet que Sigmar Polke conçoit pour le Pavillon de la République fédérale d’Allemagne, définit les techniques et les motifs qui seront dorénavant au cœur de sa recherche et qui constituent aujourd’hui les thématiques centrales de l’exposition de Palazzo Grassi : l’expérimentation alchimique et la conscience politique.

L’exposition suit un parcours chronologique à rebours et s’ouvre dans l’atrium avec Axial Age, monumentale série de tableaux réalisés entre 2005 et 2007. Les 90 œuvres présentées sur les deux étages du Palazzo Grassi parcourent l’œuvre éclectique de Sigmar Polke de la fin des années 2000 au début de sa carrière dans les années 60. Dans son travail, le thème de l’alchimie se mêle à la dimension politique à travers des références continues au monde contemporain et à l’histoire antique. L’univers créatif de Sigmar Polke est un va-et-vient permanent entre figuration et abstraction, histoire de l’art et échos du présent, construisant ainsi un imaginaire singulier, pluriel et inépuisable.

---

Une visite guidée gratuite de l'exposition est proposée aux visiteurs chaque samedi à 15h. Visite guidée en italien.
La réservation n'est pas requise. Participation gratuite sur présentation du billet d'entrée au musée.

Des visites guidées personnalisées en italien, anglais, français, espagnol et en langue des signes italienne peuvent être organisées sur demande. >> En savoir plus

Biographie

Sigmar Polke est né en 1941 en Silésie. Sa famille s’installe en Allemagne de l’Ouest en 1953. Au cours de ses études à l’Académie des Beaux-Arts de Düsseldorf, il rencontre Gerhard Richter et Konrad Lueg, avec qui il lance le « réalisme capitaliste », référence ironique au « réalisme socialiste », l’art officiel de l’Union soviétique. Sur le plan artistique, le mouvement est fortement influencé par Fluxus et se veut une réponse au Pop Art. Dans ses premières œuvres, Polke se concentre sur les objets-symboles du miracle économique allemand. Représentés ainsi qu’ils sont vantés dans les publicités et non sous leur forme réelle, ils sont le prétexte d’une analyse critique du capitalisme américain et de sa diffusion en Europe. Les œuvres auxquelles Polke travaille dans les années 60 sont principalement des « Rasterbilder » (peintures tramées). L’artiste s’approprie des images publiées dans la presse, les agrandit et les peint à la main, point par point de manière à obtenir une grille abstraite, qui ne forme une image que lorsqu'elle est vue de loin. Au cours des années suivantes, l’intérêt de Polke pour la trame graphique le porte à utiliser des tissus imprimés et des éléments décoratifs comme support pictural. Les années 70 sont pour l’artiste des années d’aventures et d’expérimentations et donnent lieu à une production toujours plus iconoclaste et abstraite. Après un long voyage en Asie et en Océanie entre 1980 et 1981, s’ouvre pour l’artiste une nouvelle ère. Il se consacre à l’expérimentation sur les pigments, les composés chimiques et les solvants. Opérant une synthèse extrême de ses recherches et s’affranchissant des limites picturales traditionnelles, il confère à son travail une dimension à la fois mystique et concrète. Sigmar Polke meurt en 2010 à Cologne.

Après la première grande rétrospective à la Kunsthalle de Tubingen en 1976, le Kunsthaus de Zurich en 1984, le Musée d’art moderne de la ville de Paris en 1988 et la Bundeskunsthalle de Bonn en 1997 lui consacrent à leur tour d’importantes expositions personnelles. Parmi les principales expositions organisées après la mort de l’artiste : « Sigmar Polke » au Musée de Grenoble en 2013 et « Alibis : Sigmar Polke, 1963-2010 » présentée au MOMA de New York, à la Tate Modern de Londres et au Musée Ludwig de Cologne en 2014.

Œuvres

Vidéo

Catalogue

Le catalogue de l'exposition est publié par Marsilio Editori. Projet graphique de Leonardo Sonnoli, Tassinari/Vetta.

Le catalogue rassemble des textes de Bice Curiger, Thomas Elsaesser, Elena Geuna, Erik Verhagen et Guy Tosatto.

264 pages
1 édition trilingue (italien, anglais, français)

Miniguide

Sigmar Polke

Evènements