Alina Szapocznikow

Dans la période de l’après-guerre, l’oeuvre expérimentale d’Alina Szapocznikow offre un travail critique sur le caractère éphémère du corps de la femme. Szapocznikow élargit le champ de la sculpture en réalisant des moulages de parties de son corps au milieu des années 60. Selon les pratiques artistiques de l’époque, les moules utilisés pour réaliser les répliques ne constituaient en général que la première étape du processus. Dans ses séries de « moulages corporels », ils sont l’oeuvre. Le moule négatif en polyester des fesses de l’artiste devient un autoportrait dans Sculpture- Lampe IX. Mais son corps, transformé en objet de tous les jours, impersonnel, fonctionnel et décoratif, est aliéné. Après qu’un cancer lui a été diagnostiqué en 1969, Szapocznikow fait de sa propre impermanence le sujet de son oeuvre. Elle réussit ce faisant à concilier et exprimer la sensualité du corps et la douleur physique.