Charles Ray

Depuis le début des années 1970, le corps de l’artiste américain Charles Ray est un matériau essentiel de son oeuvre, au travers de sa mise en action (Plank Piece, 1973) ou de l’usage de mannequins à son image (notamment le fameux Oh Charley Charley Charley de 1992, où huit effigies de l’artiste se livrent à une invraisemblable « auto-orgie »). No, réalisé en 1992, est la photographie d’une statue de cire hyperréaliste représentant l’artiste. Ce qui paraît un autoportrait est l’image d’une image. La simplicité du résultat final (qui semble un banal instantané) efface les efforts, le temps, l’énergie nécessaires à sa réalisation. Light From The Left (2007), bas-relief contemporain, qui représente l’artiste avec son épouse, dans une composition à la fois stylisée et intimiste, rappelle combien l’oeuvre de Charles Ray est imprégnée de connaissance et d’amour de l’histoire de la sculpture, des bas-reliefs égyptiens à la sculpture grecque. Conformément à son titre, l’oeuvre est placée de sorte que la lumière naturelle vienne l’éclairer par la gauche, comme le personnage féminin illumine, dans la même direction, son compagnon.