Felix Gonzalez-Torres

Le sida est au coeur de la vie et de l’oeuvre de Felix Gonzalez-Torres. La maladie l’emporte en 1996, comme elle a emporté son compagnon quelques années plus tôt. Elle est aussi l’un des thèmes majeurs de son oeuvre, qui emprunte les voies de l’activisme politique, notamment avec le collectif Group Material, puis de l’art conceptuel. “Untitled” (7 Days of Bloodworks), qui semble à première vue relever d’une démarche proche de l’art minimal, est le relevé, pendant une semaine, des effets de la progression du virus du sida dans le sang. De ce sang, “Untitled” (Blood) est une représentation métaphorique : un rideau de perles en plastique, tendu d’un bord à l’autre d’une salle ou d’un passage, et dont les perles rouges et blanches évoquent respectivement les globules rouges et blancs. La perception de cette oeuvre, aux confins de l’abstraction et de l’autobiographie, de l’intime et du politique, requiert la participation physique du visiteur, invité à la traverser au sens propre du terme. Il accomplit par là même une sorte de cérémonie de partage et d’empathie, légère et grave, tragique et douce.