Brokaat, 2016

Ce tableau a été peint d’après une photo d’un détail du manteau de Saint Donatien, évêque de Reims, qui se tient à droite de la Madone dans le tableau du peintre flamand Jan Van Eyck La Vierge au Chanoine Van der Paele [Madonna Met Kanunnik Joris Van Der Paele, 1436], du Groeningemuseum de Bruges, en Belgique. Le passage par l’appareil photographique, puis la peinture, fait que le brocart a des couleurs très différentes de celles peintes dans le tableau original, et un effet de mise en abyme est tout de suite repéré. Le spectateur ne sait pas si ce qu’il voit est un tissu de couture ou d’ameublement. Les riches tissus ouvragés de l’époque, et notamment le brocart, étaient réservés à l’aristocratie ou au clergé supérieur. Personne ne pouvait les utiliser, du fait de leur coût mais aussi de leur portée symbolique, en dehors de ces deux classes. De plus, l’usage des couleurs était strictement codifié. Par exemple, on ne pouvait pas utiliser le rouge, qui évoque le sang et la mort, ou le bleu et le blanc, couleurs de la Vierge. Ici, le brocart du vêtement de Saint Donatien est particulièrement riche, cousu de fils d’or et d’argent. Les bourgeois de l’époque n’étaient pas autorisés à utiliser les couleurs des brocarts des riches et c’est pourquoi, dans cette région d’Europe notamment (aujourd’hui la Belgique et les Pays- Bas), ils adoptèrent le noir pour leurs costumes. Ce faisant, le tableau évoque aussi la ségrégation sociale, y compris celle qui a cours aujourd’hui.