Hut, 1998

À la base de Hut, il n’y a qu’une simple maquette de papier blanc plié transfigurée par la photographie, puis par la peinture, afin d’obtenir la vision crépusculaire d’une habitation anonyme et précaire, plus proche du hangar que du foyer. Les langues anglo-saxonnes distinguent ainsi les notions de « maison » en tant que bâtiment ou objet – house – et de « maison » au sens affectif ou psychologique – home. Ici, la maison de papier, presque en suspension dans le vide de l’espace ou l’infini du temps, exprime bien plus sa fragilité matérielle et symbolique qu’une stabilité chaleureuse et rassurante, à l’instar d’un esquif à la dérive au coeur de l’obscurité du monde.