Intolerance, 1993

Ce tableau représente la collection de bougeoirs des années 70 de la mère de Luc Tuymans. L’arrangement de ces bougeoirs, où sont placées des bougies éteintes, en transforme la perception. Ils sont représentés serrés les uns contre les autres, tous de hauteur différente, projetant une ombre imposante sur un fond aux tons ocre, rose et brun qui semble comme éteint. Mais tout est éteint ici : les bougies comme la couleur du mur et l’on ne voit pas la source de lumière autrement que par les ombres qu’elle projette. De même, tout est étriqué : ces bougeoirs disparates et vieillots sont placés tout près les uns des autres. On manque de lumière, de souffle et d’espace dans cette scène qui peut être vue comme une représentation de nos intérieurs – au propre, nos domiciles, comme au figuré, nos esprits – si étriqués (et intolérants semble dire le titre) qu’il ne reste même plus de place pour une petite flamme. Cette oeuvre évoque également, par l’aspect plat de la représentation, le maître italien de la nature morte Giorgio Morandi (1890-1964), même si l’ombre des éléments est figurée.