München, 2012

À propos de München, Luc Tuymans avoue que cette oeuvre est « porteuse d’une menace ; on sent qu’il se passe quelque chose, sans savoir précisément quoi ». L’image source est en effet celle d’un imposant personnage masqué, drapé dans une cape bleue qui lui recouvre tout le corps, figure du cortège du carnaval de la Haus der Kunst de Munich qui s’est déroulé en 1933. Le bâtiment actuel de la Haus der Kunst de Munich a été édifié selon la volonté d’Adolf Hitler en 1933, peu après son accession au pouvoir, afin de devenir l’un des plus importants centres de propagande culturelle nazie. Il a été un des lieux de présentation, en 1937, de l’exposition sur « l’art dégénéré » [Entartete Kunst] qui a attiré plus de deux millions de visiteurs en un mois et demi. Presque soixantedix ans plus tard, Luc Tuymans y a présenté, en 2008, une rétrospective de son oeuvre. Le thème du carnaval, qui parcourt l’oeuvre de Luc Tuymans, est ainsi pour l’artiste ce moment ambigu où la fête collective peut se métamorphoser en foule dévastatrice en fonction du déroulé des événements. München tente ainsi de percevoir au coeur d’une figure « innocente » la prémonition de l’inéluctable. En serait-il de même pour chaque fait ?