The Book, 2007

The Book reproduit, selon un format monumental, les pages ouvertes d’un livre consacré à l’architecture religieuse. La marque de pliure est ainsi bien visible au centre du tableau et perturbe l’ordonnancement de la nef d’une église de style baroque représenté. On peut rapprocher cette peinture d’une oeuvre datée de l’année précédente intitulée Church [Église]. Toutes les deux sont traitées selon les mêmes tons de jaune, de terre, d’ombre et de blancs grisâtres légèrement floutés, perturbant ainsi le faste et la magnificence du lieu. Luc Tuymans inverse ainsi le caractère illusionniste qui fonde l’architecture religieuse, en estompant les représentations sculptées ou peintes destinées à inspirer et à soutenir la foi des fidèles. N’a-t-on pas dit qu’une cathédrale était la Bible mise en trois dimensions ? Ici, c’est plutôt le doute et le trouble qui parcourent l’esprit du spectateur, presque pris de vertige face à un livre agrandi à la dimension de son propre corps. Et plus il a l’impression de pouvoir rentrer dans le tableau comme dans la perspective qu’il reproduit, plus celle-ci lui échappe au point d’en devenir presque une hallucination visuelle. Notre rapport au religieux n’est-il pas d’une certaine manière semblable ? Alors que les églises, désertées par les fidèles, sont devenues des sites touristiques, le pouvoir de la religion s’est aussi considérablement accru en particulier dans le domaine de la morale, de l’éducation ou des moeurs.