Constantin Brancusi - Untitled (Autoportrait), c.1928-33

Il est un autoportrait symbolique de l’artiste, teinté d’humour et de mystère. Il s’inscrit dans la continuité des recherches menées par Brancusi, autour du portrait de James Joyce (1929). La spirale évoque les inventions formelles de Picabia ou les Rotoreliefs de Duchamp et renvoie à un monde cyclique tandis que la pyramide traduit, selon Brancusi, la destinée de l’homme. Comme en écho au poème d’Etel Adnan, Conversations with my soul III, le dessin de Brancusi annoté Relativement tel que moi est placé de manière à être vu en sortant de la salle consacrée à « Garden of Memory », comme en conclusion de l'exposition « Luogo e Segni ».